Vous avez dit “RSE” ?

Pour en savoir plus

Notre ecosystème

Nous sommes engagés aux côtés d'acteurs locaux pour participer au développement du territoire angevin, découvrez nos partenaires !

A l’heure du développement durable, de la transition énergétique, du “fair trade”, les entreprises se doivent d’améliorer leurs pratiques pour répondre aux attentes des consommateurs de plus en plus exigeants.

C’est alors qu’entre en jeu la notion de “RSE” (Responsabilité Sociétale des Entreprises), née de la volonté d’aller vers une croissance durable, éthique, bénéficiant autant à l’entreprise qu’à ses parties prenantes, collaborateurs, partenaires, fournisseurs et clients.

Qu’est-ce que la RSE ?

De nombreuses définitions ont été données pour définir le terme. C’est selon nous l’ISO (International Organisation for Standardisation), organisation chargée de définir les standards internationaux, dont les normes RSE, qui en propose la définition la plus complète :

“La responsabilité d’une organisation vis-à-vis des impacts de ses décisions et activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un comportement éthique et transparent qui – contribue au développement durable, y compris à la santé et au bien-être de la société ; – prend en compte les attentes des parties prenantes ; – respecte les lois en vigueur et qui est en accord avec les normes internationales de comportement ; et qui est intégré dans l’ensemble de l’organisation et mis en œuvre dans ses relations ».

Plus simplement, selon le label LUCIE (lire plus bas), pour une organisation, s’intéresser à la RSE, c’est “viser une croissance durable et développer son activité en s’assurant non seulement de ne pas nuire mais de générer un impact positif sur la planète”.

Cet engagement transversal aux activités des organisations s’appuie sur les 7 thématiques qui composent la responsabilité sociétale des entreprises : la gouvernance de l’organisation, la protection du consommateur, la bonne pratique des affaires, les relations et conditions de travail, les droits de l’Homme, la contribution au développement local, et l’environnement.

Quelle différence entre RSE et RSO ?

On entend également parler de “RSO” (Responsabilité Sociétale des Organisations), qui est la “contribution volontaire des organisations au développement durable”, appliquée aux organisations (entreprises, collectivités, associations, etc.). Ainsi, la RSO intègre la RSE ; concrètement, l’objectif est de ne pas limiter la démarche aux entreprises.


Pour être un succès, cette démarche doit être encadrée, mais aussi labellisée afin d’être officiellement reconnue. Pour cela, un partenaire de choix : LUCIE.

LUCIE, le label de la RSE positive

Inspiré du prénom de la mère de l’humanité, l’australopithèque Lucy, de la chanson Lucy in the Sky with Diamonds des Beatles et du latin lux qui signifie la lumière, le label LUCIE se veut être le garant des entreprises responsables. Plus qu’un label, c’est avant tout une communauté d’organisations qui partagent la même volonté, rendre le monde plus juste et plus respectueux des hommes et du territoire.

LUCIE, un label différenciant

Faire de la RSE avec LUCIE, c’est choisir un engagement quotidien régulier, où les actions réelles priment sur le discours utopique. En effet, le parcours de labellisation comprend 5 étapes à l’issue desquelles la labellisation est possible, après un audit par un évaluateur indépendant. L’accent est porté sur la démarche de progrès, visant le long terme par le biais d’un plan d’actions labellisé pour une durée de 3 ans, à la différence d’une certification délivrée à un moment T. C’est d’abord une démarche crédible avant d’être un argument marketing.

“Il n’est pas facile de faire la différence entre ceux qui ne font que parler de RSE et ceux qui ont un engagement réel et sérieux. C’est maintenant possible avec LUCIE !” – Alan Fustec

Le parcours de labellisation comprend 5 étapes obligatoires. Les organisations avancent à leur rythme tout au long du processus, accompagnées par les experts de l’équipe LUCIE.

Un processus de labellisation unique : le parcours 1, 2, 3… LUCIE

1. Auto-évaluation en ligne. 2. Formation LUCIE ISO 26000. 3. Auto-évaluation supervisée. 4. Évaluation ISO 26000 externe. 5. Labellisation LUCIE

La première étape consiste en l’auto-évaluation en ligne de l’entreprise, sous la forme d’un questionnaire portant sur les 7 thématiques qui composent la RSE, selon la norme ISO 26000.

Ensuite vient la deuxième étape, la formation. Pendant 2 jours, le·s responsable·s RSE de l’entreprise sui·ven·t une formation ayant pour but de se familiariser avec la norme ISO 26000 et la méthode LUCIE. À savoir : en tant que centre de formation agréé, la formation est finançable par l’OPCA (organismes paritaires collecteurs agréés).

La troisième étape est une seconde auto-évaluation, cette fois-ci supervisée par un consultant LUCIE pendant 3 demi-journées. Sur la base de ce rapport, l’entreprise décide d’un plan de progrès RSE pertinent et détaillé inscrit dans un calendrier, c’est l’engagement de progrès. A l’issue de cette étape, l’entreprise devient officiellement membre de la communauté, mais elle n’est pas encore labellisée. Un peu de patience…

Quatrième étape, et non des moindres, l’évaluation ISO 26000 par un organisme indépendant. Lors de cette étape, un expert réalise des entretiens avec plusieurs parties prenantes de l’entreprise – direction, collaborateurs, clients, fournisseurs – afin de s’assurer de la réalité des pratiques RSE de l’entreprise. Suite à cet audit, un rapport est remis concluant sur le niveau de prise en compte des 7 grandes thématiques de la RSE, et des suggestions de voies d’amélioration personnalisées.

Enfin, cinquième et dernière étape, l’aboutissement du processus, la labellisation ! Pour obtenir le label, l’entreprise doit établir un plan d’action RSE qu’elle s’engage à respecter. Un comité de labellisation indépendant l’étudie et décide l’attribution ou non du label pour une durée de 3 ans. Afin de s’assurer de la mise en œuvre du plan, le comité réalise une évaluation intermédiaire 18 mois après la labellisation.

Ce processus unique et propre au label LUCIE assure aux organisations d’intégrer une démarche RSE concrète et pérenne ; également, l’indépendance des évaluateurs et auditeurs garantit la crédibilité de la démarche.

L’équipe LUCIE, un écosystème complet

Aux origines du label se trouve Alan Fustec, actuel président de LUCIE et surtout précurseur en matière de développement durable depuis 1993. Composée de 10 collaborateurs, l’équipe LUCIE, ce sont aussi des évaluateurs externes et un comité de labellisation indépendant. LUCIE, c’est donc une communauté d’acteurs dynamiques et diversifiés engagés autour d’un projet commun, la responsabilité sociétale.

Experts : Admical, Face, Diag26000, l'Observatoire des Achats Responsables, au total, plus de 60 consultants partenaires. Internationaux : UN Global Compact, Entreprise Socialement Responsable. Institutionnels : Région Pays de la Loire, Région Provence Alpes Côte d'Azur, Région Nouvelle-Aquitaine, Région Ile de France, le réseau CCI France. Clubs et réseaux : Club RSE, rée, farse, Collège des directeurs du développement durable, Comité 21, CJD, Altère. Évaluateurs : Afnor, Bureau Veritas, Vigeoeiris.



Pour ne rien manquer de nos actualités, abonnez-vous à notre lettre d’information !
Note : les champs suivis d’un astérisque (*) sont obligatoires.